Les points positifs et pratiques de l’anxiété

Même pour les professionnels les plus confiants et établis, les périodes d’anxiété font partie intégrante de l’emploi. Pour les jeunes professionnels (JPs), qui travaillent toujours à s’établir et à renforcer leur confiance en eux, en l’occurrence, les battements de cœur rapides sont certainement plus fréquents. Mais alors que l’anxiété est souvent présentée comme quelque chose de négatif, voire nuisible à la réussite et au bien-être, il y a aussi des façons positives de l’utiliser à son avantage. Si vous faites partie de l’immense groupe de jeunes professionnels qui souffrent de fréquentes crises d’angoisse légère à modérée, suivez ces conseils notables pour vous aider à exploiter cette puissante émotion et en récolter de surprenants bénéfices :

Identification, réflexion, sensibilisation. Premièrement, l’anxiété doit recevoir son dû. En d’autres mots, l’anxiété est déclenchée pour une raison et cette raison mérite qu’on l’examine. Caractérisée par des symptômes à la fois physiques et psychologiques, l’anxiété est le résultat du sentiment de se sentir menacé d’une certaine façon. La présence d’anxiété agit comme un puissant indicateur de nos peurs et offre une magnifique opportunité d’identifier ce que nous craignons, et surtout, le pourquoi. Utiliser votre méthode préférée d’autoréflexion (soit l’écriture, la marche, la méditation, la thérapie, l’activité physique) pour vous plonger dans l’analyse de ce qui se passe en vous et alentour de vous à ce moment précis, puis identifier la raison pour laquelle votre corps et votre esprit réagissent ainsi. Posez-vous des questions, laissez votre voix intérieure vous parler, et livrez-vous à un dialogue enrichissant qui vous apprendra certainement quelque chose de nouveau sur vous. Cette manifestation physique et mentale de notre fonctionnement intérieur est un outil très pratique dans notre cheminement vers la connaissance de soi.

Tirez avantage de cette poussée.  Dans les signes physiques d’anxiété légère à modérée on retrouve l’accélération de la fréquence cardiaque et de la respiration, le tremblement des extrémités, ainsi qu’une agitation générale due à la poussée d’adrénaline (une réaction naturelle du corps au stress). Bien sûr, ces sensations ne se prêtent pas très bien à des activités telles, étudier ou lire, ou de rester assis dans une salle de réunion toute la journée, mais elles peuvent être utiles à d’autres égards. Dès que vous identifiez un début d’anxiété, utilisez cet état de stimulation pour vous motiver, vous dynamiser et vous inspirer. Tirez avantage de cette poussée en étant actif ou créatif. Allez à une séance d’entraînement, nettoyez votre bureau, écrivez un dialogue, démarrez un nouveau projet; assurez-vous simplement d’utiliser cette anxiété à faire quelque chose de constructif et qui contribuera également à atténuer celle-ci.

Soyez fiers.  Alors que le mot anxiété est souvent vu comme une mauvaise chose, sachez que lorsque nous nous sentons anxieux c’est aussi une indication que nous prenons les choses à cœur. Ressentir de l’anxiété signifie simplement que nous avons le souci de notre bien-être, de notre succès et de nous-mêmes. Lorsque nous devenons anxieux avant une présentation importante ou une première date, ce n’est pas un signe de faiblesse, mais un signe de respect et de considération pour nous et notre vie. Alors, soyez fiers de ces papillons et mains moites – cela signifie que vous êtes bien en vie et que vous tentez votre chance.

Quand c’est grave. Maintenant que les points positifs de l’anxiété ont été abordés, il est important de dire que l’anxiété cesse d’être pratique quand celle-ci est de nature grave. Pour certains jeunes professionnels, une accélération du rythme cardiaque, une respiration rapide et des picotements dans les membres peuvent réellement devenir accablants et débilitants. Si vous souffrez d’anxiété qui vous empêche de faire les choses que vous aimez ou de réussir dans votre travail, vous pouvez effectivement avoir un trouble anxieux et pourriez avoir besoin d’aide professionnelle. Les troubles anxieux tels que l’anxiété sociale, le stress post-traumatique et le trouble obsessionnel compulsif ne sont pas rares (environ 12% des Canadiens sont touchés) et sont  traitables. L’Association canadienne des troubles anxieux offre des ressources utiles pour les personnes souffrant de troubles anxieux.